CHU de Bordeaux Haut-Lévêque à PESSAC

Image

Histoire d’un château découvert lors d’une balade autour de l’hôpital du Haut l’Evêque

En savoir plus: http://passeurmemoirepessac.free.fr/docs/2014_haut_leveque_domaine_hopital.pdf

Et un ptit clin d’oeil bien d’actualité😀

Gironde – Château Smith Haut-Lafitte

Vidéo

Le château Smith Haut Lafitte, est un domaine viticole de 67 ha, situé à Martillac en Gironde. Situé en AOC pessac-léognan, il est classé grand cru dans le classement des vins de Graves, depuis 1959.

Emblème du château Smith Haut Lafitte, le « lièvre » de Barry Flanagan, célèbre pour ses sculptures en bronze de cet animal souvent associé à Bacchus, trône au milieu des vignes

Le domaine est fondé en 1365 par la maison du Bosq qui nomme le vignoble Haut Lafitte. Au XVIIe siècle, l’Écossais George Smith rachète le domaine, qu’il renomme Smith Haut Lafitte, pour exporter vers l’Angleterre le vin en barriques. En 1842, le maire de Bordeaux, Duffour-Dubergier, hérite du château. En 1957, la maison Louis Eschenauer acquiert la propriété qui sera classée officiellement grand cru de Graves en 1953. De nombreux investissements sont alors fait dans l’exploitation (notamment la construction d’un chai souterrain) afin d’augmenter la production du domaine. Le domaine de 130 hectares, dont 67 sont plantés de vignes, est racheté en 1991 pour 250 millions de francs par Daniel Cathiard, ancien PDG de Genty-Cathiard1.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_Smith_Haut_Lafitte

Le Château de Budos

Image

Le château de Budos est situé dans la commune de Budos, dans le département de la Gironde en France


Situé au milieu des vignes c’est un château ouvert aux quatre vents qui laisse beaucoup de place à la rêverie

On doit le château de Budos à Raymond Guilhem de Budos, neveu du Pape Clément V. Largement pourvu par son oncle, il refait dès 1306, le vieux château familial reprenant les dispositions architecturales du château voisin de Villandraut.

En 1825, le château est vendu comme bien national. En 1841, la commission des Monuments historiques de la Gironde en est avertie. Elle apprend en même temps que les pierres en provenant sont employées à l’encaissement du Ciron et vendues à un entrepreneur de travaux pour le compte de l’État.