Art et vin


« Art et vin » un extrait de ma dernière exposition faites à la maison de Le Corbusier à Pessac (2012)

.Le vin n’est pas un produit comme un autre. Il porte une tradition millénaire, une culture et un art de vivre, particulièrement à Bordeaux, capitale d’une région d’Aquitaine qui allie la sagesse de la Guyenne à l’exubérance de la Gascogne.
La réalité essentielle du vin ne se laisse pas photographier, faites d’arômes et de douceur glycérine, soutenue par un alcool sage et discret, chargé des subtiles minéralisations de terroirs aux singularités d’empreintes digitales…

Mais pour relever le défi de la pertinence, Soizic PINEAU s’est emparée des règles émergentes d’un art contemporain conceptuel, technologique et sans complexe. Comme en poésie et en littérature, la recherche de la vérité passe par un éloignement du réel immédiat. Soizic PINEAU travaille l’acte photographique pour permettre la production d’une épreuve finale incernable, impossible à appréhender dans les termes habituels du décodage visuel. Son parti pris ambitieux est une boussole qui indique le sud en tournant résolument le dos à la servilité photocopieuse.

Le mot est lâché, Soizic PINEAU pratique la mise en scène.

Son travail passe par la composition du sujet, arbitraire productif, sanctionné par une exploitation systématique, cherchant les variations et les décalages jusqu’à l’épuisement total des perspectives et des contrechamps.

A l’heure où les images déferles dans nos vies à un rythme effréné, la photographie qui revendique l’ambition artistique ne peut donner à voir que des visions résistantes au décodage usuel. Pour y parvenir Soizic PINEAU s’est donné une règle simple, claires et fortes, néanmoins fécondes. Aucune œuvre finale unique, au fond simple papier coloré, ne permet de repérer le jeu sous-jacent des combinaisons réglées. Le travail de Soizic PINEAU doit être regardé en blocs, en boisseaux cohérents, constituant une forme de « happening exposition ». Alors la circulation d’un regard exercé, scrutatif et patient, le spectateur-acteur peut procéder à une mise au jour de « règles-hypothèses » produits hybrides de son imagination et de celle de l’artiste.

A ce stade de dévoilement et « d’insight « sur le travail de Soizic PINEAU, une question se pose. Faut-il expliciter les règles de création ou au contraire faut-il en garder le mystère ?

L’artiste tranche nettement. Car Soizic PINEAU est volubile et à l’image du vin valorise le partage, la chaleur humaine et l’empathie. Ainsi donc, dévoilons !

Les photographies de Soizic PINEAU ne montrent directement que trois composantes : bouteille (une ou plusieurs), verre à pied transparent au galbe légèrement refermé (un ou plusieurs, vide ou rempli), et bien sûr du vin. Le « reste du monde « est présent indirectement par des reflets, des couleurs ambiantes et des ombres, choisies soigneusement, chauds ou froids, naturels ou artificiels. Ce « reste du monde « n’est pas identifiable et sa seule façon d’exister dans la photographie est de perdre toute forme. Nous n’en saurons jamais tout, il faut l’accepter.

Finalement, l’œuvre dépasse son créateur et reprend le pouvoir par le mystère du silence et de sa constance.

Jean-Pierre DUFOUR

En savoir plus: http://wp.me/p29Zqg-i0
http://wp.me/p29Zqg-ic

Abbaye de La Sauve-Majeure ( Nouvelle Aquitaine)

Image

L’abbaye de La Sauve-Majeure est située au cœur de l’Entre-deux-Mers. Entre Garonne et Dordogne.
C’est une balade que j’apprécie particulièrement et j’attends des jours meilleurs pour vous proposer la visite cette abbaye😉😃


Située à 25 kilomètres de Bordeaux près de Créon, l’abbaye bénédictine de La Sauve-Majeure fut bâtie aux XIIe et XIIIe siècles sur un territoire qui deviendra l’un des plus riches vignobles bordelais.
Ce chef-d’œuvre de l’art roman est inscrit par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

L’église St Pierre de La Sauve se situe au faîte d’une colline, 500 mètres à l’ouest de l’abbaye de La Sauve-Majeure, rue de l’église. L’ancien bourg de La Sauve Majeure s’étendait entre l’église et l’abbaye. Elle est bien visible depuis le portail ouest de l’abbaye et dresse le mur oriental de son chevet comme une façade décorée, tournée vers le village et le monastère.
Maisons dans La Grande Rue