Art et Vin

Image

Fête du vin à Bordeaux. A cette occasion, je vous propose de visiter un extrait de mon travail photographique.
Soizic Pineau2007-03

Art et Vin

Le vin n’est pas un produit comme un autre. Il porte une tradition millénaire, une culture et un art de vivre, particulièrement à Bordeaux, capitale d’une région d’Aquitaine qui allie la sagesse de la Guyenne à l’exubérance de la Gascogne.
La réalité essentielle du vin ne se laisse pas photographier, faites d’arômes et de douceur glycérine, soutenue par un alcool sage et discret, chargé des subtiles minéralisations de terroirs aux singularités d’empreintes digitales…

Mais pour relever le défi de la pertinence, Soizic PINEAU s’est emparée des règles émergentes d’un art contemporain conceptuel, technologique et sans complexe. Comme en poésie et en littérature, la recherche de la vérité passe par un éloignement du réel immédiat. Soizic PINEAU travaille l’acte photographique pour permettre la production d’une épreuve finale incernable, impossible à appréhender dans les termes habituels du décodage visuel. Son parti pris ambitieux est une boussole qui indique le sud en tournant résolument le dos à la servilité photocopieuse.

Le mot est lâché, Soizic PINEAU pratique la mise en scène.

Son travail passe par la composition du sujet, arbitraire productif, sanctionné par une exploitation systématique, cherchant les variations et les décalages jusqu’à l’épuisement total des perspectives et des contrechamps.

A l’heure où les images déferles dans nos vies à un rythme effréné, la photographie qui revendique l’ambition artistique ne peut donner à voir que des visions résistantes au décodage usuel. Pour y parvenir Soizic PINEAU s’est donné une règle simple, claires et fortes, néanmoins fécondes. Aucune œuvre finale unique, au fond simple papier coloré, ne permet de repérer le jeu sous-jacent des combinaisons réglées. Le travail de Soizic PINEAU doit être regardé en blocs, en boisseaux cohérents, constituant une forme de « happening exposition ». Alors la circulation d’un regard exercé, scrutatif et patient, le spectateur-acteur peut procéder à une mise au jour de « règles-hypothèses » produits hybrides de son imagination et de celle de l’artiste.

A ce stade de dévoilement et « d’insight « sur le travail de Soizic PINEAU, une question se pose. Faut-il expliciter les règles de création ou au contraire faut-il en garder le mystère ?

L’artiste tranche nettement. Car Soizic PINEAU est volubile et à l’image du vin valorise le partage, la chaleur humaine et l’empathie. Ainsi donc, dévoilons !

Les photographies de Soizic PINEAU ne montrent directement que trois composantes : bouteille (une ou plusieurs), verre à pied transparent au galbe légèrement refermé (un ou plusieurs, vide ou rempli), et bien sûr du vin. Le « reste du monde « est présent indirectement par des reflets, des couleurs ambiantes et des ombres, choisies soigneusement, chauds ou froids, naturels ou artificiels. Ce « reste du monde « n’est pas identifiable et sa seule façon d’exister dans la photographie est de perdre toute forme. Nous n’en saurons jamais tout, il faut l’accepter.

Finalement, l’œuvre dépasse son créateur et reprend le pouvoir par le mystère du silence et de sa constance.

Janvier 2013

Jean-Pierre DUFOUR

En savoir plus: http://wp.me/p29Zqg-i0
http://wp.me/p29Zqg-ic

Danse danse danse… à Talence L’Espace Médoquine n°2

Image

Une autre vision et expression de la danse…

 

Danse danse danse… à Talence L’Espace Médoquine

Image

Zoom sur ces deux danseuses…

L’Espace Médoquine est une salle de concert de l’agglomération bordelaise située à Talence

Des anciennes carrières – Prignac-et-Marcamps – Gironde

Image

Une belle ambiance verte dans cette ancienne carrière. Par bonheur, j’avais mon pied photo…


En sortant de la carrière, je ne peux résister à cette dernière prise de vues sur cette  tonnelle naturelle qui abrite ces magnifiques fougères

Prignac-et-Marcamps est une commune du Sud-Ouest de la France, dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine

Les insouciances n°20

Image

Un p’tit clin d’œil à l’enfance… garder en soi la capacité de s’amuser et s’émerveiller

Un instantané en pose lente…

La Côte d’Argent – L’Océan

Image

Naissance de la Côte d’Argent

Le littoral des Alpes-Maritimes a été le premier à être baptisé « Côte d’Azur » en 1887. En 1894, les stations balnéaires entre Cancale et le cap Fréhel (Saint-Malo, Dinard, Paramé) sont regroupées sous l’appellation de « Côte d’Émeraude », sur l’idée de l’avocat malouin Eugène Herpin. Ce mouvement étant lancé, il est normal que la côte aquitaine ait aussi sa couleur.

En 1905, le journaliste, reporter et poète Maurice Martin donne aux rivages de la côte Aquitaine le nom de « Côte d’Argent », expression inspirée des reflets argentés en surface de l’océan Atlantique. Cette appellation concerne dans un premier temps tout le littoral aquitain, de Royan à Hendaye. Il expose son idée le 20 mars 1905 devant un parterre de journalistes et notables locaux lors d’une halte à Mimizan-les-bains
Ce nouveau concept remporte l’approbation de l’assistance. En 1907, le Congrès national des sociétés de géographie consacre officiellement ce vocable. Diffusé avec succès, il est repris par photographes et affaires commerciales.

https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4te_d%27Argent

La Côte d’Argent – La plage de la Salie

Image

Errance … Sur cette immense plage,  les promeneurs ce font rares.



Le wharf de la Salie, situé sur la commune de la Teste de Buch, entre le Pyla et Biscarrosse-plage, est un émissaire en mer de 800 mètres de long qui permet de rejeter les effluents de quatre stations d’épuration du Bassin d’Arcachon, acheminés par un collecteur de 65 kilomètres.

Pessac – Une concentration de nature aux portes de l’agglomération Bordelaise – Le Bourgailh

Image

Balade et douceur d’un soir de décembre

Une concentration de nature aux portes de l’agglomération Bordelaise

Le Bourgailh, dans son périmètre global « projet », représente un vaste espace naturel de près de 200 hectares qui s’inscrit dans l’une des coulées vertes majeures de l’agglomération bordelaise, la coulée verte du Peugue composée du Bois des sources du Peugue, du Bassin de Cap de Bos et du Site du Bourgailh (un ensemble naturel de 500 hectares sur Pessac).

Le Bourgailh est le symbole de la reconquête d’un lieu dégradé. En effet, suite à une période d’activités de gravière, le site a accueilli une décharge privée puis la décharge communautaire de l’agglomération bordelaise de 1981 à 1991. Suite à sa fermeture, la décharge a été recouverte et paysagée par des plantations d’éricacées et elle est devenue la colline du Bourgailh (30 hectares référencés en Installation Classée pour la Protection de l’Environnement) qui constitue le point culminant de la rive gauche de l’agglomération bordelaise, à 70 mètres d’altitude. Différents projets d’aménagements ont été identifiés par les collectivités pour reconquérir et revaloriser le reste du site et ainsi permettre au public de l’investir de nouveau.

la forêt promenade aménagée en priorité, par une équipe d’architectes-paysagistes parisiens : création de cheminements en dur et implantation de trois belvédères, de bancs, ponts et balcons permettant l’observation de la nature. Cette forêt promenade de 65 hectares a été ouverte au public en 2005,
le Bioparc, zone d’activités économiques privée de 25 hectares consacrée au secteur de la santé et de la nutrition (ouvert en 2011) sur le flanc Est du Site,
de nouveaux aménagements sont en cours de réflexion sur la partie forestière déjà aménagée mais aussi sur de nouvelles parcelles bientôt ouvertes au public ce qui permettra à tous d’investir d’autant plus le site dans un esprit de loisirs et de détente-nature propre au Bourgailh.
© ECOSITE DU BOURGAILH PESSAC – CRÉATION RECTANGLE ROUGE

http://www.bourgailh-pessac.fr/la-reconquete-dun-espace/

Arcachon – Le Parc Mauresque n° 2

Image

Le Parc Mauresque se situe tout en haut de la ville.
Et ce  tunnel tout coloré  nous permet d’y accéder par  l’ascenseur.

Arcachon – LeParc Mauresque

Le Parc Mauresque se situe tout en haut de la ville.                                                   Pour s’y rendre l’ascenseur nous y monte tout en douceur.                                         Une autre option, les marches…

Arrivé en haut on aperçoit le Bassin et l’Ile aux oiseaux.

L’envers du décor n°3

Image